Grades et Aïkido

  • Posted on: 14 August 2014
  • By: Anonymous (not verified)

Dans le système actuel de l'Aïkido on peut distinguer les grades Kyu et les grades DAN.

Le système des grades dans les Budo n'a démarré qu'au début du XXème siècle. Actuellement les grades Kyu sont présentés sous l’œil avisé et la connaissance du parcours de l'éléve devant son professeur. Mu-Kyu correspond au 6ème Kyu, quand on monte pour la première fois sur le tatami. Au bout de quelques mois on passe le 5è Kyu et ainsi de suite jusqu'au 1er Kyu.

Ensuite le pratiquant, présenté par son professeur pourra s'inscrire à l'examen du grade de Shodan (1er DAN). En France c'est un grade d'Etat qui se déroule au niveau régional. SHO en japonais signifie débutant. La maîtrise des techniques arrivent beaucoup plus tard. Les grades progressent ensuite du 1er au 4ème DAN en Aïkido. Au delà ce ne sont plus des grades techniques mais des grades honorifiques délivrés sous certaines conditions en moyenne tous les 8 ans.

Le professeur décidera du moment opportun pour lequel le pratiquant sera autorisé à porter le hakama. En règle générale, quand la maîrise des chutes est acquise le professeur peut examiner l'élève en tenant compte de ses connaissances techniques, de son comportement général vis à vis des autres, du Dojo et de sa progression intérieure.

Le passage de grade n'est pas l'objectif de la pratique mais il permet au candidat de se situer. Il permet ainsi d'améliorer sa technique par des points de repère qui vont l'aider dans sa recherche. Le programme est clairement défini dans les livrets de progression, nous n'y reviendrons pas.
Il s’appuie sur 3 critères essentiels :

  1. La connaissance formelle des techniques et du cadre de la pratique : on doit pouvoir identifier les techniques qui seront exécutées dans le respect de l'étiquette (reishiki) et dans le respect des règles de comportement propres aux valeurs de la discipline.
  2. La construction des techniques : les schémas de construction restent les mêmes : une phase de placement, une phase de déséquilibre et une phase d'amener au sol par une projection ou une immobilisation. Le tout devant se réaliser avec une certaine fluidité.
  3. Le respect du principe d'intégrité : les pratiquants doivent se respecter physiquement et mentalement. Tori ne doit pas se mettre en danger et Uke n'est pas suicidaire et doit gérer ses chutes.

Dans le cadre de l'examen le candidat sera examiné avec un degré d'exigence adapté au niveau présenté. En conclusion, on ne fait pas de l'Aïkido pour passer des grades et la pratique n'a pas l'objectif de préparer aux grades. Espace Aïkido propose des moments « libres », sous l'oeil avisé des enseignants et des anciens justement pour préparer ces moments forts.

Mais surtout le plus important en Aïkido, c'est la notion de plaisir : faites vous plaisir...